Lettre d'informations
e-mail

Commandes
Client déjà enregistré
e-mail
Mot de passe
Identifiants oubliés ?
Première inscription
 

Français  Occitan
Paul Arène
Arène


Pitaluga, l'amic Naz e la companha


Paul Arène est né le 26 juin 1843 à Sisteron et mort le 17 décembre 1896 à Antibes. Après une licence en philosophie, il s’installe à Paris, tenté par une carrière littéraire. Il y rencontre François Coppée, Catulle Mendès, et surtout Alphonse Daudet. Avec ce dernier, il écrit de nombreuses chroniques provençales qui seront plus tard rassemblées sous le titre Les Lettres de mon moulin.
Il retourne fréquemment à Sisteron, auquel il demeure très attaché ; c’est là qu’il écrit en 1868 son chef d’œuvre Jean-des-Figues – il a alors 25 ans. Après son engagement dans la guerre de 1870 (pour lequel il sera décoré de la Légion d’Honneur), il publie des pièces de théâtre, ainsi que des contes et des nouvelles (Paris ingénu, Les Ogresses, La Gueuse parfumée…) publiées en journaux ou en recueils.

Amoureux de Paris, mais fervent défenseur de sa culture natale, Arène est proche de Joseph Roumanille et de Théodore Aubanel ; il choisit Frédéric Mistral comme mentor. En 1875, il crée, avec ses amis méridionaux « exilés » à Paris, la Cigale, société littéraire et artistique, qui deviendra en 1879 le Félibrige parisien.
En 1889, Paul Arène, malade, s’installe à Antibes, où il écrira La Chèvre d’Or (1889) et Domnine (1894), peinture de la société sisteronnaise. Amoureux éconduit dans sa jeunesse, Paul Arène n’aura ni femme ni enfant. Il est inhumé au cimetière de Sisteron, où l’on peut lire, sur sa pierre tombale, jeu m'en vau l'amo ravido d'agué pantaïa ma vido (je m’en vais l’âme ravie d’avoir rêvé ma vie).

Réalisé avec Sitedit