Lettre d'informations
e-mail

Commandes
Client déjà enregistré
e-mail
Mot de passe
Identifiants oubliés ?
Première inscription
 

Français  Occitan
Jean-François Bladé
Bladé


Lo Rei de las Agraulas
Lo Rei dels Corbasses


Né à Lectoure, dans le Gers, en 1827 et mort à Paris en 1900, Jean-François Bladé est un historien et folkloriste français, principalement connu pour sa collecte des traditions orales de la Gascogne. Il est initié au conte populaire par ses nourrices gasconnes, puis par son oncle Pierre-François Bladé, curé, grand amateur de contes et de noëls gascons.

Bladé commence des études de lettres à Bordeaux puis fait son droit à Toulouse – où on se rappelle un étudiant farceur et dissipé… Dès 1850, il va vivre à Paris parmi la bohème du quartier latin, où ses talents de conteur et d’amuseur sont très appréciés ; mais son père le rappelle à Lectoure en 1855, et il s’y installe comme avocat puis juge. Il se marie en 1856 avec Élizabeth Lacroix, dont la mère sera d’une grande aide pour la collecte des contes à venir. Le couple s’installe en 1867 à Agen, où Bladé exerce comme juge. Il est membre et président de nombreuses sociétés savantes, majoral du Félibrige, mainteneur de l’Académie des Jeux floraux, membre de la Société Académique d'Agen…

Bladé commence à publier dans La revue d’Aquitaine : études historiques, littéraires, nouvelles… Puis viennent les contes : les premiers sont publiés en gascon, les suivants en édition bilingue ; les derniers exclusivement en français, en revues puis en recueils. En 1874 paraissent lesContes populaires recueillis en Agenais puis en 1883 les Poésies populaires de la Gascogne, suivis des Contes populaires de la Gascogne en 1886. Au XXe siècle, la transcription gasconne des contes, publiés en français du vivant de Bladé, est due à Jacques Boisgontier.

Les Contes de Bladé ont alimenté de nombreuses querelles de spécialistes, à une époque où les polémiques sur les faux étaient courantes. La personnalité de Bladé, grand mystificateur, n’y est pas étrangère ; il est désormais avéré que le collecteur a pris certaines liberté de (re)créations de fragments de contes…

Réalisé avec Sitedit